Tous ensemble pour les gares

association citoyenne

Accueil » Vendredi 3 juin 2016 à Souillac – Septième rassemblement

Vendredi 3 juin 2016 à Souillac – Septième rassemblement

16 06 03 008

Ce septième rassemblement réunit 30 résistants, deux gendarmes, un agent des RG venu de Cahors et un responsable SNCF venu sans doute de Limoges, tenté de se rendre transparent, voire invisible.

À 18 h transpire un peu de tristesse : le TET Paris Toulouse est annoncé avec 45 mn de retard et on ne sera donc plus là. Ça ne sera pas avéré.

Compte rendu est fait du conseil d’administration élargi de la veille et lecture est faite du document, à étoffer, qui sera remis aux organisateurs et autres intervenants des États généraux du rail de mercredi prochain à Gourdon. Appel est lancé à tous pour apporter leur contribution.

Pourront figurer toutes les informations données ce soir concernant les manquements actuels ou à venir énoncés par une habitante du nord du département et un représentant d’une association de défense du train entre Brive et Auvergne. À la volée, la maltraitance de la ligne Brive-Aurillac, la maltraitance de la liaison Bordeaux-Lyon réduite à Bordeaux-Limoges, la maltraitance des lignes et des gares de la Creuse vouées à l’inutilité.

La ligne Polt devra se passer de cette irrigation et de bien d’autres. Ces jours derniers l’Association qui défend la ligne ferrée Capdenac-Cahors a fait un retour remarqué auprès des responsables du Lot. Ce sont invités les tarifs prohibitifs (trains) ou dérisoires (bus Macron), les projets pour l’été 2017 de suppression de trains, l’incompétence pour proposer des itinéraires à peine sophistiqués. Une pause a été observée lors de l’arrivée en marche prudente du Toulouse-Paris à 18h 36. (8 mn de retard)

À 19 h 15 la discussion est encore animée. Un parent vient d’être informé par son enfant, passager de l’Intercités Paris-Toulouse devant arriver à 18h22, que cet Intercités est arrêté en amont  du viaduc précédant la gare. Une contrôleuse vient de faire l’annonce qu’il y a des manifestants en gare qui occupent les voies. Après une approche en marche prudente le conducteur stoppe son imposant train de 14 voitures à 19h 21. Des passagers médusés confirment les dires du parent.

Le train redémarre à 19h 25, en vitesse normale, amenant à son bord des lycéens qui auraient dû prendre le TER de 17h30,  disparu pour raison de grève.

Ce n’est pas tout. Un bus SNCF Cahors Brive part à 19h 30 peuplé du seul conducteur. Peut-on encore dire peuplé ?

Huitième soirée de manifestation en gare de Gourdon vendredi 10 juin.

Auteur

Nom : celmar