Tous Ensemble Pour Les Gares

Association Citoyenne

Accueil » Vendredi 27 avril 2018 – Deuxième rassemblement en gare de Gourdon – Compte rendu

Vendredi 27 avril 2018 – Deuxième rassemblement en gare de Gourdon – Compte rendu

Troisième et dernière de 3 journées de circulation « normale ». Sur les médias, la direction de la SNCF étale sa satisfaction que pour la sixième séquence de grève de 2 jours qui commence ce soir, le mouvement s’essouffle, sous entendu qu’il y a moins de conducteurs en grève, sous entendu qu’à la SNCF il n’y a que des conducteurs, hormis sans doute le PDG.
Preuve également qu’on peut se passer de tout ce qui n’est pas conducteur.

La SNCF sait pourtant que régulièrement  » un contrôleur enrhumé, un train disparu ».

C’est sous la marquise de la gare que se retrouvent progressivement les 70 manifestants à partir de 17h 30. Nombreux sont ceux qui ne sont déclarés indisponibles.

Sur la quai, le panneau électronique d’affichage est en panne : ce soir la tactique de la SNCF ne peut être lue, cette SNCF n’a pas à écrire, à nouveau, mensongèrement, que des manifestants sont sur les voies.

Trois cheminots sont présents, dont une guichetière qui ferme son guichet comme prévu, en toute logique SNCF, à 17h 40, car les trains du soir arrivent.

Aucune nouveauté ce soir, à 17h 47 la tactique de la SNCF se dévoile, la même que celle des précédents soirs de manifestation : le TER Toulouse Brive est aperçu, stoppé à un kilomètre de la gare, pour une dizaine de minutes, en vertu d’une procédure spéciale d’approche.

Les manifestants se rendent sur le quai.

À 17h 52, après, lui-aussi, une attente de 10 mn en pleine nature, l’Intercités Paris Toulouse s’arrête, imité à 17h 55 par le TER.

Après le départ de ces 2 premiers trains, c’est le moment des prises de parole.

Tout d’abord, Georgette Laporte, présidente de TEPLG présente les quatre axes actuels de lutte de l’Association : la défense du service public ferroviaire, le soutien aux cheminots en lutte contre la réforme, le soutien financier aux cheminots grévistes, enfin un projet d’action à Sarlat, concernant la ligne Sarlat – Bordeaux, comme elle l’a déjà fait à Dégagnac.

François Coq, responsable d’Europe Écologie-Les Verts apporte sa vision sarladaise portant sur :

  • la nécessité de raisonner en continuité de réseau, entre la ligne Bordeaux – Sarlat et POLT, avec la possibilité pour TEPLG de mettre en lien et de sensibiliser les élus des deux départements et des deux régions ;
  • une démarche de promotion du rail pour renforcer son usage par un maximum d’utilisateurs.

(pour rappel, la liaison Sarlat – Souillac a été totalement abandonnée en 2013, le service étant depuis assuré par une société privée qui n’existe pas pour la SNCF).

Serge Laybros rapporte des échos de la récente rencontre à Biars, relative à la ligne Aurillac-Brive, et n’apporte aucune note d’optimisme quant à l’avenir que voudrait lui donner la SNCF, à l’instar de l’avenir de toutes les petites lignes.

Aurélien Pradié, député PR du Lot, rapporte, lui, des échos des débats à l’Assemblée nationale sur le projet de réforme de la SNCF, projet qu’il n’a pas voté, il s’est abstenu.

Il confirme la pratique insidieuse de la SNCF et de sa tutelle gouvernementale de dégrader, pour constater que c’est dégradé, la pratique évasive d’aller chercher ailleurs des exemples à suivre qui ne sont vraiment pas les exemples que l’on veut suivre (les chemins de fer en Grande-Bretagne et Allemagne)…

Christian Chavaroche, maire de Payrignac, témoigne de son expérience d’ancien fonctionnaire, dont le service a été privatisé, et dont il ne voit pas la première amélioration depuis sa privatisation.

Nicolas Bettini, représentant des élèves du Lycée de Gourdon rappelle sa rencontre avec le Premier ministre et son envoi d’une missive à un responsable SNCF de Toulouse dont il attend toujours la réponse.

Angèle Préville, sénatrice du Lot, indisponible, a délégué un représentant qui a lu son message dans lequel elle écrit sa détermination à défendre le service public et particulièrement le service public ferroviaire

Avant de quitter la gare, quelques instants pour partager un verre de l’amitié.

Le prochain CA se déroulera à  Sarlat. Il décidera des actions à venir.

 

 

 

 

 

Auteur

Nom : celmar

Aller à la barre d’outils