Tous Ensemble Pour Les Gares

Association Citoyenne

Accueil » Manifestation du 30 novembre 2018 devant la gare de Figeac – Compte rendu

Manifestation du 30 novembre 2018 devant la gare de Figeac – Compte rendu

Pour les itinérants entre Gourdon et Figeac, c’est étonnant ou non de voir un important rassemblement de personnes vêtues de gilets jaunes qui filtrent l’entrée sur l’autoroute A20, de voir un peu plus loin, dans la descente de Cambes, le fidèle radar bâillonné, et de se voir enfin ralentis au rond point à l’entrée de la déviation de Figeac par d’autres personnes vêtues de gilets jaunes, empêchant les non prévoyants d’être à l’heure au rendez-vous à la gare de Figeac.

Ce sont plus de 80 manifestants qui sont rassemblés peu après 16 h sur la place de la gare.

Teplg étant à l’initiative de la manifestation, Merzoug Sider lit le message de la présidente Georgette Laporte, empêchée. (lire le message en fin de compte rendu)

Suivent de très nombreuses interventions (2 offertes en intégralité en pages séparées) pour un débat public très animé, très riche, parfois contradictoire.

André Mellinger, maire de Figeac, fait le point sur la situation qui pénalise tant les cheminots et les usagers, non seulement de Figeac,  mais de toute la région.

Pour l’heure le bâtiment a été étayé. En début de semaine devrait être faite la fouille : il est peu vraisemblable que soient trouvées des traces d’essence, l’incendie ayant démarré presque certainement à l’intérieur.

Dès lors la reprise de la circulation des trains devrait avoir lieu.

D’après les cheminots les rails et l’aiguille n’ont pas été dégradés.

L’aiguille pourrait fonctionner manuellement, mais alors la SNCF devrait remettre en place des cheminots, ce qui n’est pas à la mode.

Cette disparition des cheminots a occupé beaucoup d’espace (en particulier dans les 2 interventions présentées en intégrale).

La ligne Capdenac Cahors n’a pas été oubliée. Un cheminot conducteur retraité regrette qu’elle ne soit pas en service, elle aurait permis de résoudre immédiatement la liaison vers Brive, Paris et Montauban.

Le 18 décembre doit avoir lieu à Figeac une réunion importante de la Comition mixte, sur cette ligne.

 

Lettre de la présidente de TEPLG, Georgette Laporte (empêchée)

 

Mesdames, messieurs les élus, cheminots, usagers du ferroviaire, citoyens,

l’Association Tous ensemble pour les gares vous apporte son soutien et sa solidarité devant cette catastrophe qui frappe les cheminots, les usagers des liaisons Figeac-Brive, Figeac-Rodez, Capdenac-Figeac-Aurillac, et toutes les personnes attachées à cette gare de Figeac.

Tous Ensemble pour les Gares se joint à vous pour demander à la SNCF d’intervenir d’urgence pour que les trains puissent circuler normalement et que la gare soit rapidement reconstruite avec l’ouverture des guichets et la présence du personnel indispensable.

Au-delà de ce cas, nous demandons la réouverture des guichets des gares de Gramat et d’Assier le week-end, avec du personnel qui soit en droit et devoir d’exercer son métier, en particulier la vente des billets.

Nous restons vigilants quant à l’ouverture des guichets des gares de Gourdon et Souillac.

Nous sommes fermement attachés au rétablissement des 2 trains de nuit Rodez-Brive-Paris et Toulouse-Caussade-Cahors-Gourdon-Souillac-Brive-Paris.

Nous demandons à ce que le terminus Brive devienne Cahors, voire Montauban.

Une nouvelle exigence est la réouverture de la liaison Sarlat Souillac, abandonnée en 2013 et dont le service par Transpérigord est ignoré de la SNCF, Sarlat pour la SNCF n’étant plus accessible que par le Buisson.

 

 

 

Auteur

Nom : celmar

Aller à la barre d’outils